Le Forum est actif depuis 2185 jours
grâce à vous........Alors
presentation
Derniers sujets
» tacticalpok
par garett1158 Jeu 12 Fév - 8:21

» 5YearsBefore
par FiveYB Mar 10 Fév - 19:44

» Davlesioux
par MuDI12 Sam 7 Fév - 21:21

» 5hArK 5tAcK .
par iclo38 Sam 24 Jan - 21:01

» .maxxxwel.
par MuDI12 Lun 10 Nov - 10:19

» Cleopatre2aa une nouvelle poulpette
par Rom1Litalien Lun 3 Nov - 22:56

» Citron vert
par diou78 Mar 28 Oct - 16:27

» Jul579 ;)
par sharkdurrr Jeu 23 Oct - 14:56

» DeuxPourCent, mais qui est-ce??
par DeuxPourCent Mer 22 Oct - 4:35

» Rom1Litalien
par Rom1Litalien Mar 21 Oct - 17:30

» I'm the hoochie coochie man
par No&mie Mar 21 Oct - 3:16

» MelineStHil
par iclo38 Dim 19 Oct - 11:23

Les posteurs les plus actifs du mois


Strategie tournoi: le vol de blinds avec Steve Gross

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Strategie tournoi: le vol de blinds avec Steve Gross

Message par Invité le Sam 15 Juin - 22:38

par Kristy Arnett ...





Steve Gross, aussi connu sous le pseudonyme de “gboro780” est un joueur de tournois en ligne qui a connu une année 2009 incroyable. Ses gains cumulés live et online sont proches des $3 millions. Son ethique, la qualité et la solidité de son jeu, ses résultats réguliers ont attiré l'œil de la Doyle's Room qui l'a récemment choisi pour être membre de la team Brunson 10. Ce spécialiste du tournoi en ligne va nous parler aujourd'hui du vol en tournoi.

Les bases du Vol de Blinds
PokerNews : D'abord, pour ceux qui l'ignoreraient, pourriez-vous définir ce qu'est le vol de blinds (steal) et en quoi est-ce nécessaire pour être un joueur gagnant en tournoi ?


Steve Gross : Plus le tournoi progresse, plus les blinds et antes grossissent et plus il devient difficile d'attendre des bonnes cartes. Il faut compenser en gagnant des jetons sans cartes. Je crois que c'est nécessaire parce que sans steal, votre tapis fond et vous n'aurez pas d'action avec vos bonnes mains si vous ne jouez qu'un coup ou deux par heure. Si vous êtes actif et mixez votre jeu, il sera plus difficile pour vos adversaires de savoir où vous êtes. Ils commettront plus d'erreurs et vous serez un adversaire plus coriace.


PN : Lorsque vous cherchez une opportunité de voler, quels sont les facteurs pris en considérations ?
SG : Je pense à mon image de table, si j'ai déjà volé souvent et quel crédit j'espère avoir face à mes opposants. Je pense aussi aux joueurs qui doivent parler après moi, et la probabilité qu'ils tentent quelque-chose sans une bonne main. Je me demande si le joueur en big blind à l'habitude de défendre ou s'il se laisse voler facilement. L'action qui vient d'avoir lieu est capitale pour savoir ce que j'envisage de faire et si je vais voler. Si je crois que les autres me perçoivent comme un joueur solide, je vais être plus actif et s'ils s'attendent à ce que j'agresse, je resserre mon jeu.


PN : Dans quelle mesure la force de votre rentre-t-elle en compte ?
SG : Vos cartes comptent bien sûr, mais je crois que le vol de blinds se fait souvent avec des mains pourries [rires]. T9 assortis par exemple, nous ne jouerez pas toujours avec cette main, mais elle a tout de même un gros potentiel. Je préfère définitivement avoir J9 assortis que Q2 dépareillés évidemment – des mains qui ont un certain potentiel les fois où l'on ira voir le flop. La force de la main a une certaine importance, néanmoins je préfère tout de même que toute la table passe et remporter le pot pré-flop.

Steal et re-steal : ancienne ou nouvelle école ?
PN : Et si tous les facteurs mentionnés plus haut sont réunis, mais que vous découvrez un main du type 9-3 dépareillés au cutoff, êtes-vous toujours enclin à tenter de voler le pot ?
SG : Si je pense pouvoir gagner avant le flop, bien sûr je vole. La ligne est vraiment fine qui sépare l'agression créative, mesurée et une agression aveugle, sans retenue. Vous devez être prudent, surtout aujourd'hui où l'agression pré-flop est devenue la norme. Il y a encore quelques années, si j'étais au bouton avec un niveau de blinds significatif, je tentais un vol avec quasiment n'importe quelle main. Maintenant, je préfère passer plus souvent que je ne vole.


PN : Ainsi, aujourd'hui, si vous avez une main décente comme un As au cut-off ou au bouton, êtes-vous hésitant à tenter un vol de crainte d'un re-steal plus fréquent contre les joueurs en late position ? Si vous oui, comment ajustez-vous ?
SG : J'ai joué plusieurs tournois avec un deep stack dernièrement. J'ai été 3-bet trois fois de suite. Je voulais balancer mon ordi par le fenêtre. J'ai aussi joué des tables où j'ai passé des heures sans rencontrer d'opposition. Je pense que les meilleurs joueurs suivent leur instinct et ajuste leur jeu en fonction. Parfois, j'ai A7 dépareillés au cut-off et j'ai envie de mettre all-in contre ces blinds qui sur-relancent à cause de la façon dont on a joué avant. D'autres fois, je me couche dès que je suis relancé. C'est difficile à dire avec des mots, mais plus vous jouez, plus vous avez l'expérience nécessaire pour repérer les joueurs qui vont jouer contre vous. Il suffit de traiter chaque main individuellement et d'essayer de prendre la meilleure décision possible.


PN : Ainsi, avec une main décente, vous êtes prêt à jouer votre tapis, avec un 4-bet all-in contre un joueur qui re-steal avec une main marginales ?
SG :Oui. Si un joueur est trop large pré-flop, la méthode la vieille école préconise de resserrer sa sélection de départ et d'attendre une bonne main pour le piéger. La nouvelle école va plus loin en anticipant l'agression. Ils s'attendent à être 3-bet et sont prêts à 4-bet all-in quand l'occasion se présente.


PN :Quelles sont les erreurs les plus fréquentes chez les débutants ? Est-ce qu'ils se couchent trop facilement face aux re-steal sans tenter de se défendre ?
SG :Je crois que quand les gens apprennent une nouvelle tactique ils en abusent, comme des enfants avec un nouveau jouet. Ils sont confiants et utilisent cette nouvelle technique à longueur de journée. Quand je débutais, mon erreur étais de ne pas voler les blinds assez souvent. Ensuite, j'ai appris à les voler, mais je le faisais trop souvent. Il faut trouver un équilibre entre les deux. Si vous volez à chaque fois que tout le monde passe jusqu'à vous en fin parole, la technique perd de son efficacité.


PN :J'ai entendu dire, « la position Under the Gun est le nouveau bouton ». Est-ce bien joué de tenter un vol under the gun (UTG) à cause du respect que cela impose aux autres joueurs ? Ou est-ce suicidaire ?
SG :Relancer under the gun est bon tant que vous ne le faites pas trop souvent. Je ne veux pas radoter, mais savoir choisir les bons spots, c'est déjà avoir remporté la moitié de la bataille. Certains joueurs réguliers sont réputés pour relancer UTG ou UTG+1 à chaque nouvel orbite. C'est un style avec lequel j'aurais beaucoup de mal à gagner.

Application pratique
Lors d'une table finale des FTOPS il y a quelques temps, il restait cinq ou six joueurs et j'étais second en jetons. Les deux joueurs sur ma gauche étaient avec moi les plus actifs de la table et sans surprise, ils avaient les deux plus gros autres stacks. Les joueurs à ma droite avec des petits tapis jouaient mollement. J'ai relancé under the gun et UTG+1 plusieurs fois quand le nombre de joueurs s'est réduit, attaquant avec succès ses petits tapis passifs dans les blinds.
Cela m'a mené à ouvrir des As-rag under the gun. Le joueur UTG+1 “bmwcoupe” me 3-bet. C'était un bon spot pour ouvrir avec des mains aussi faibles et c'est à ce moment que les bons joueurs cherchent à re-steal. J'ai 4-bet all-in et il a passé.


Lire plus: http://fr.pokernews.com/strategie/strategie-tournoi-le-vol-de-blinds-avec-steve-gross-4737.htm

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum